A Lire... Avant de quitter seneque.info

tout abandonner pour embrasser la sagesse





Sénèque
page 1
 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Forum 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Biographie 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Lettres à Lucilius  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Théâtre 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Autres Oeuvres  
le regard de seneque selon tableau Rubens
citations essentielles 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Les livres 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Héritiers de Seneque  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Plan du site 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Contact 



[8,72] LXXII. QU'ON DOIT TOUT ABANDONNER POUR EMBRASSER LA SAGESSE.

J'avais appris ce que vous me demandez et y aurais fort
bien répondu; mais j'ai oublié la chose : il y a longtemps
que je n'ai éprouvé ma mémoire, ce qui fait qu'elle me sert
mal. Il m'est arrivé ce qui arrive aux livres moisis, d'avoir
les feuillets collés entre eux. Il faut déplier parfois son esprit,
et secouer les faits qu'on y a déposés, afin de les trouver prêts
quand on en a besoin. Laissons donc de côté, quant à présent,
ce dont vous me parlez; cela demande trop de soin et
trop d'attention. Au premier endroit où je pourrai me promettre
un séjour un peu long, je m'occuperai de cet objet.

Il est, en effet, des sujets qu'on traite, même en voiture, tandis
que d'autres exigent le repos et la retraite. Cependant il faut
faire quelque chose dans ces jours d'occupation, et même en
tout temps; car de nouvelles occupations nous arrivent sans
cesse : nous les semons; une seule en produit beaucoup
d'autres; et, avec cela, nous nous accordons des délais. Lorsque
j'aurai achevé cette chose, disons-nous, je m'adonnerai tout
entier à la philosophie; quand j'aurai arrangé cette ennuyeuse
affaire, je me vouerai à l'étude. Pour philosopher, il ne faut
pas attendre que vous soyez de loisir; il faut tout quitter
pour cette grande occupation qui. épuiserait notre temps et
bien au delà, quand notre vie s'étendrait depuis l'enfance
jusqu'aux limites les plus reculées de l'existence humaine.

Qu'on néglige entièrement la philosophie ou qu'on s'en occupe
par intervalles, c'est à peu prés la même chose. En effet,
elle ne reste jamais à l'endroit où on l'a quittée: comme un
ressort tendu qui revient sur lui-même, à la moindre interruption,
elle retourne au point d'où elle est partie.

Il faut se mettre en garde contre les occupations, et les éloigner
de nous, plutôt que de les accroître et de les étendre.
Point de temps qui ne soit propre à une étude si salutaire;
mais la plupart n'étudient pas les choses qu'il est bon d'étudier.
Il surviendra des empêchements; non pas pour
celui que le contentement et l'allégresse ne quittent point:
les hommes dont la sagesse est imparfaite n'ont que des plaisirs
entrecoupés; mais la joie du sage forme un tissu que nulle
cause et nul accident de fortune ne peuvent rompre; la tranquillité
l'accompagne toujours et partout. C'est qu'il est indépendant
des influences extérieures, et n'attend de faveur ni
de la fortune ni des hommes. Toute sa félicité est intérieure;
elle sortirait de son âme, si elle y entrait; elle y prend naissance.
Parfois il survient du dehors des événements qui lui
rappellent qu'il est mortel; mais ce sont des riens qui ne
font qu'effleurer sa peau. En vain l'adversité souffle-t-elle contre
lui, sa félicité parfaite est inébranlable. Ainsi, je le répète,
quelques désagréments peuvent lui arriver du dehors; mais ils
sont pour lui ce que sont pour un corps robuste des éruptions
passagères et de petites écorchures; tout cela ne passe pas l'épiderme.

Il y a entre l'homme d'une sagesse consommée, et celui
dont la sagesse commence, la même différence qu'entre l'homme
bien portant et celui qui relève d'une maladie grave et longue,
et à qui un mieux léger tient lieu de santé. Si ce dernier
ne s'observe, il souffre et retombe dans le même état ; mais
le sage n'a point à craindre les rechutes, pas plus que les
chutes. En effet, la santé du corps n'est que temporaire; le
médecin, lors même qu'il l'a rendue, ne peut la garantir,
et souvent il est rappelé auprès du malade qui avait eu recours
à lui. L'âme du sage, au contraire, est entièrement guérie.

Voici les signes auxquels on reconnaît la guérison :
contentement de soi-même; confiance dans ses forces; conviction
complète que tous les voeux des mortels, que tous les
bienfaits qu'on prodigue ou qu'on reçoit, ne peuvent influer
sur le bonheur de la vie. Car du moment que ce qui est susceptible
d'accroissement est imparfait, et que ce qui est susceptible
de décroissement est périssable, pour jouir d'un
bonheur perpétuel, il faut le puiser en soi-même. Tous les
objets qui excitent les appétits du vulgaire sont sujets au flux et
au reflux: la fortune ne nous donne rien en propre; cependant
les faveurs du sort peuvent causer du plaisir, quand la raison
en règle l'usage et s'y mêle. C'est la raison qui donne du prix
aux objets extérieurs; ils perdent tout leur charme quand on en
use immodérément.

Attale se servait ordinairement de cette comparaison :«Avez-vous
vu quelquefois un chien happer à la volée des morceaux
de pain ou de viande que lui jette son maître ? tout ce qui
tombe sous sa dent, il l'avale d'une seule fois, et il tend toujours
la gueule pour recevoir un autre morceau. La même
chose nous arrive quand la fortune nous a jeté quelque chose
que nous attendions : nous le prenons sans le moindre plaisir,
avides et occupés que nous sommes de lui ravir une autre faveur.
»

Il n'en est pas ainsi du sage ; il est pour jamais rassasié:
quoi qu'il lui tombe en partage, il le reçoit avec calme
et le met en réserve; il jouit d'un contentement sans borne et
sans fin, qui est bien à lui. On voit des gens qui ont la volonté
de bien faire, et qui sont dans la bonne voie, mais à qui il
manque beaucoup de choses pour la perfection; ils s'élèvent et
s'abaissent alternativement, tantôt vers le ciel, tantôt vers la
terre. Quant aux gens affairés et aux ignorants, leur vie est une
chute continuelle ; il semble qu'ils tombent dans le vide infini d'Epicure.

Il y a encore une troisième classe : ce sont ceux qui
côtoient la sagesse ; ils ne l'ont pas encore atteinte ; mais ils
l'ont devant les yeux et sous la main ; ils ne sont point ballottés
par les flots, ils ne dérivent même pas; mais, déjà dans
le port, ils ne sont pas encore à terre. Puis donc qu'une si
grande distance sépare le premier degré du dernier; puisque
le milieu, à côté de ses avantages, offre un grand danger,
celui de retomber dans le mal, nous devons éviter de nous
livrer aux affaires. Il faut les bannir de chez nous; si elles entrent
une fois, ce sera pour ne céder la place qu'à d'autres. Opposons-nous
à leurs commencements ; il est plus aisé de les
empêcher de commencer que de les terminer.


lettre suivante : a tort qu'on accuse les philosophes de pensees seditieuses



Commentez :

Votre commentaire ou réflexion




sur le forum : Une citation apocryphe de Sénèque sur facebook ?
Lecture

Présentation des Lettres à Lucilius en vidéo :
La chaîne qui vous cause de Sénèque et autres curiosités :