A Lire... Avant de quitter seneque.info

de la retraite et de ses avantages





Sénèque
page 1
 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Forum 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Biographie 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Lettres à Lucilius  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Théâtre 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Autres Oeuvres  
le regard de seneque selon tableau Rubens
citations essentielles 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Les livres 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Héritiers de Seneque  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Plan du site 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Contact 



[7,68] LXVIII. DE LA RETRAITE ET DE SES AVANTAGES.

J'approuve votre résolution: cachez-vous dans la retraite,
mais, en même temps, cachez votre retraite. Quand vous n'y
seriez pas autorisé par les préceptes des stoïciens, vous le seriez
par leurs exemples: mais leurs préceptes à cet égard ne
sont pas douteux; vous pourrez vous en assurer quand vous
voudrez. Nous ne permettons pas qu'on s'occupe uniquement
de la république, ni toujours, ni sans cesse : de plus, comme
nous avons donné au sage une république digne de lui, je
veux dire l'univers, la retraite même ne l'isole point de la république.
Je vais plus loin: ce coin du monde qu'il quitte, il
ne le quitte peut-être que pour passer sur un théâtre plus
vaste et plus étendu; et, du haut des cieux où il s'est élevé, il
voit combien est bas placé le siége ou le tribunal qui le retenait.
Je vous le dis entre nous,le sage n'estjamais plus dans l'action,
que lorsqu'il a sous les yeux les choses divines et humaines.

Je reviens au conseil que j'avais commencé à vous donner,
de laisser ignorer votre retraite. N'allez pas faire retentir les
mots de philosophie et de repos; colorez autrement votre résolution;
attribuez-la plutôt à la mauvaise santé, à la faiblesse,
à l'indolence : se glorifier du repos, c'est la vanité du paresseux.
Il est des animaux qui, pour n'être point découverts, effacent
et brouillent leurs traces autour de leur tanière: faites de
même; autrement il ne manquera pas de gens qui se mettront
à votre poursuite. On dédaigne généralement les endroits découverts,
et l'on scrute curieusement les endroits cachés et retirés.
Les serrures tentent les voleurs :voient-ils une maison ouverte,
ils en font fi et passent outre. Telles sont les allures
du peuple et des ignorants: il suffit qu'on leur cache un lieu
pour qu'ils y veuillent pénétrer. Le meilleur parti est donc de
ne point faire parade de sa retraite : or, c'est une sorte de
jactance que de se trop céler, et de s'éloigner entièrement
de la vue des hommes. Celui-ci s'est caché à Tarente; celui-là
s'est enfermé à Naples; un autre, pendant plusieurs années,
n'a point passé le seuil de sa porte. C'est appeler la foule que
de faire parler de sa retraite.

Une fois dans votre solitude, vous devez faire en sorte que le
monde ne s'entretienne pas de vous, et que vous vous entreteniez
avec vous-même. Que vous direz-vous? ce que les hommes
disent volontiers des autres : ayez, en vous-même, mauvaise
opinion de vous: ainsi vous prendrez l'habitude de dire
la vérité et de l'entendre. Ce sont vos faiblesses surtout qui
doivent réclamer votre attention. Chacun connaît les infirmités
de son corps: aussi l'un soulage son estomac par les
vomitifs; l'autre le soutient en mangeant fréquemment; un
autre, au moyen de la diète, dégage et purge son corps. Ceux
que tourmente la goutte s'abstiennent soit de vin, soit de bains:
insouciants pour le reste, ils ne songent qu'au mal qui les tourmente
souvent. De même, il y a dans notre âme des parties
malades qui doivent être l'objet d'un traitement spécial. Que
fais-je dans la retraite? Je panse ma plaie. Si je vous montrais
un pied gonflé, une main livide, une jambe desséchée par la
contraction des nerfs, vous me permettriez de rester en place
et de soigner mon mal: or, c'est une maladie plus grave encore
que celle que je ne puis vous montrer. Mon âme est atteinte
d'une tumeur, d'un abcès, d'une vomique. N'allez pas me
louer, ni vous écrier: 0 le grand homme! il a tout méprisé,
et fui un monde dont il condamnait les passions! Je n'ai condamné
que moi. Ne venez point chez moi dans l'espoir d'y rien
gagner. Vous vous trompez, si vous pensez y trouver quelque
secours: c'est la demeure d'un malade, et non d'un médecin.
J'aime mieux que vous disiez en vous retirant: Je me figurais
un homme heureux et savant; j'écoutais de toutes mes
oreilles: j'ai été bien trompé, je n'ai rien vu, rien entendu
qui ait répondu à mon attente, et qui me donne envie d'y retourner.
Si vous sortez avec cette opinion et tenez ce langage,
votre visite n'aura pas été sans profit. J'aime mieux que ma
retraite fasse naître la compassion que l'envie.

Quoi! dites-vous, c'est vous, Sénèque, qui me conseillez la
retraite? c'est vous qui prêchez les dogmes d'Epicure? - Oui;
mais si je vous conseille la retraite, c'est pour que vous vous
y livriez à des occupations plus belles et plus grandes que
celles que vous quittez. Frapper aux portes superbes des
grands, tenir registre des vieillards sans enfants, avoir du crédit
au barreau, sont des avantages dangereux et passagers,
peu honorables même, quand on les réduit à leur juste valeur.
Celui-ci l'emporte de beaucoup sur moi par la faveur dont il
jouit au barreau; celui-là, par ses services militaires et le haut
rang qu'ils lui ont valu; un autre, par la foule de ses clients:
je ne saurais prétendre ni à un tel cortége ni à un tel crédit. Est-ce
un si grand malheur d'être dominé par les hommes, si je
domine la fortune? Pourquoi faut-il que nous n'ayons pas eu
le courage de suivre autrefois cette ligne de conduite! Pourquoi
faut-il que nous ne songions à bien vivre qu'à l'aspect
de la mort? Mais différerons-nous encore à présent? Quand
la raison nous dénonçait une multitude de choses comme superflues
et nuisibles, nous ne l'avons pas crue; croyons-en
l'expérience. Faisons comme ceux qui sont partis trop tard, et
qui veulent regagner le temps perdu: donnons de l'éperon.
Notre âge est singulièrement favorable à l'étude : la vie a jeté
son écume; les vices, que nous n'avons pu contenir dans l'ardeur
de notre jeunesse, ont perdu leur fougue; peu s'en faut
qu'ils ne soient éteints. - Mais ce que vous apprendrez au
moment du départ, quand cela vous servira-t-il, et à quoi? -
A m'en aller meilleur! N'en doutez pas, aucun âge n'est plus
favorable au perfectionnement moral que celui où les enseignements
multipliés de l'expérience et une longue suite d'épreuves
ont dompté notre nature; que celui où les passions
calmées ont fait place aux pensées salutaires. C'est le moment
de posséder un si grand bien : quiconque est devenu sage
dans sa vieillesse, l'est devenu par le bénéfice des années.


lettre suivante : les frequents voyages sont un obstacle a la sagesse



Commentez :

Votre commentaire ou réflexion




sur le forum : Une citation apocryphe de Sénèque sur facebook ?
Lecture

Présentation des Lettres à Lucilius en vidéo :
La chaîne qui vous cause de Sénèque et autres curiosités :