A Lire... Avant de quitter seneque.info

ce qui est bon est desirable





Sénèque
page 1
 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Forum 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Biographie 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Lettres à Lucilius  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Théâtre 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Autres Oeuvres  
le regard de seneque selon tableau Rubens
citations essentielles 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Les livres 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Héritiers de Seneque  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Plan du site 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Contact 



[7,67] LXVII. QUE TOUT CE QUI EST BON EST DESIRABLE.

Pour commencer par un lieu commun, je vous dirai que le
printemps se faisait déjà sentir; mais, en s'avançant vers l'été,
il s'est refroidi au moment où il se devait échauffer; et on ne
peut s'y fier encore, car souvent il nous rejette en hiver. Voulez-vous
une preuve de son incertitude? Je n'ose point m'exposer
à l'eau froide; je suis encore forcé d'en tempérer la rigueur.
- C'est, me direz-vous, n'endurer ni le chaud ni le
froid. - Vous avez raison, mon cher Lucilius: c'est déjà assez
pour moi du froid de mon âge, que les feux de l'été peuvent à
peine réchauffer. Aussi passé-je la majeure partie de ma vie
sous mes couvertures. Je rends grâces à la vieillesse de m'avoir
ainsi attaché au lit. Et pourquoi ne la remercierais-je pas à ce
titre? Ce que je n'aurais jamais dû vouloir, je cesse de le
pouvoir. J'ai de fréquents entretiens avec mes livres. Si parfois
il me survient de vos lettres, il me semble que je suis
avec vous ; et telle est la préoccupation de mon esprit, que je
crois vous répondre, non par écrit, mais de vive voix. Aussi
vais-je, comme si nous en causions, examiner avec vous la
question que vous me proposez.

Vous me demandez Si tout ce qui est bien est désirable. «Si
c'est un bien, dites-vous, que de souffrir la torture avec fermeté,
la flamme avec courage, la maladie avec patience, il
s'ensuit que ce sont tout autant de choses désirables: or, je ne
vois rien là dedans qui soit digne d'envie, et je ne sache personne
qui ait jamais fait un sacrifice votif pour être déchiré
par le fouet, tourmenté par la goutte, ou allongé par le chevalet.
»
- Faites la part des situations, mon cher Lucilius, et
vous trouverez dans tout cela quelque chose de désirable. Je
voudrais échapper aux tortures ; mais, s'il faut les endurer,
je souhaiterai de les subir avec honneur et courage. J'aimerais
mieux, j'en conviens, ne pas voir éclater la guerre; mais, si
elle éclate, je désire supporter bravement les blessures, la
faim et tous les inconvénients qu'entraîne la nécessité des combats.
Je ne suis pas assez fou pour souhaiter la maladie; mais,
s'il faut en passer par là, je tiendrai à ne me montrer ni intempérant
ni efféminé. Ainsi ce n'est pas le mal qui est désirable,
mais la vertu nécessaire pour l'endurer. Quelques-uns
des nôtres prétendent qu'on ne doit pas désirer la fermeté au
milieu des tourments, sans néanmoins en redouter l'épreuve:
en fait de biens, disent-ils, ceux-là seuls sont à souhaiter, qui
sont purs, tranquilles et dégagés de souffrances. Je ne suis
pas de cet avis. Pourquoi ? D'abord parce qu'il est impossible
qu'une chose soit bonne sans être désirable. Ensuite, si la
vertu est désirable, comme il n'y a pas de bien sans vertu, tout
ce qui est bien est désirable. Puis, vous qui soutenez que la fermeté
au milieu des tourments n'est pas désirable, dites-moi :
nierez-vous que le courage ne soit désirable? Eh bien ! il brave
les périls, et même les appelle : ce qu'il y a de plus beau et
de plus étonnant en lui, c'est de ne pas fuir devant la flamme,
de courir au-devant des blessures, et de présenter sa poitrine
aux coups, au lieu de les éviter. Si le courage est désirable, on
doit donc aussi désirer la patience au milieu des tourments
c'est une partie essentielle du courage.

Faites la part de chaque chose, comme je vous le disais
tout à l'heure, et alors il n'y aura plus d'équivoque possible.
En effet, ce qui est à souhaiter, ce n'est point de souffrir, mais
de souffrir avec courage. Or, ce courage, je le désire, parce que
c'est la vertu. - Mais qui formera jamais un pareil souhait?
- En matière de souhaits, il en est qui sont clairs et articulés,
parce qu'ils sont formés séparément; tandis que d'autres sont
implicites, parce qu'ils se trouvent compris dans un voeu général.
Par exemple, je désire mener une vie honnête; mais
une vie honnête embrasse bien des sortes d'actions, depuis le
tonneau de Régulus, depuis la blessure de Caton rouverte de sa
propre main, jusqu'à l'exil de Rutilius et à la coupe empoisonnée
qui transporta Socrate de son cachot dans les cieux. Ainsi,
en désirant une vie honnête, j'ai désiré en même temps toutes
les choses souvent indispensables pour vivre honnêtement.

« 0 trois et quatre fois heureux, ceux à qui il a été donné de périr, sous les
hauts remparts de Troie, à la vue de leurs parents !
»
Souhaiter à quelqu'un un pareil sort, n'est-ce pas le trouver
désirable ? Décius s'est dévoué pour la république; il s'est
élancé, à bride abattue au milieu des ennemis pour y chercher
la mort. Bientôt après, un second Décius, digne fils du premier,
prononce la formule de dévouement consacrée par son père,
et se précipite au fort de la mêlée, n'ayant d'autre pensée que
de plaire aux dieux : tant une mort glorieuse lui paraissait
désirable ! Doutez-vous encore que ce ne soit un bien de mourir
en héros et dans la pratique de quelque vertu ?

Quand un homme supporte courageusement la souffrance,
il s'aide de toutes les vertus. Peut-être en est-il une, la patience,
qui éclate et se manifeste plus que toutes les autres;
mais le courage, dont la patience, la fermeté et la longanimité
ne sont que des branches; la prudence, sans laquelle on ne
sait prendre aucun parti, et qui enseigne à supporter bravement
ce qu'on ne peut éviter; la constance, que rien n'ébranle,
et qui, malgré les assauts de la violence, n'abandonne jamais
ses résolutions; enfin, tout ce qui forme l'inséparable faisceau
des vertus se trouve à la fois en jeu. Toute action honnête est
exécutée par une seule vertu, mais de l'avis des autres; or,
une action approuvée par toutes les vertus, quoiqu'en apparence
exécutée par une seule, ne peut manquer d'être désirable.

Quoi! vous ne regardez comme désirables que ces divertissements,
fils du loisir et de la volupté, pour lesquels on décore
sa porte ? II est une volupté triste; il est des voeux honorables,
qui, s'ils n'attirent pas de félicitations, sont accueillis par des
hommages et des respects. Ainsi, vous ne croyez pas que Régulus
souhaitât de retourner à Carthage ? Entrez dans les sentiments
d'un héros, rompez un moment avec les préjugés
vulgaires; formez-vous une idée convenable de cette vertu sublime,
magnifique, qui veut être honorée, non avec de l'encens
ou des guirlandes, mais avec des sueurs et du sang.
Voyez Caton, quand il tourne contre sa noble poitrine ses
mains vénérables, et quand il élargit sa blessure trop étroite.
Lui souhaiterez-vous un meilleur sort? le plaindrez-vous? ou
bien le féliciterez-vous? Ceci me fait souvenir d'un mot de
notre Démétrius, qui appelle mer morte une vie tranquille que
n'a troublée aucun accident de fortune. Ne rien éprouver qui
vous excite, qui vous ranime, dont la nouvelle et l'arrivée
mettent votre courage à l'essai, ce n'est point là de la tranquillité ;
c'est croupir dans le repos, c'est un état de calme plat.
Attale le Stoïcien avait coutume de dire: «J'aime mieux que
la fortune me reçoive dans son camp que dans ses palais. Je
souffre; mais avec courage: c'est un bien. Je péris; mais avec
courage : c'est un bien.
» Ecoutez Epicure, et il vous dira de
plus : «C'est un plaisir.» A une action si belle et si sévère
je ne donnerai jamais un nom empreint de mollesse.
Je brûle, mais sans être vaincu. Pourquoi ne trouverais-je pas
désirable, non que le feu me consume, mais qu'il ne me fasse
pas crier grâce? Rien de meilleur, rien de plus beau que la
vertu : bonnes et désirables sont toutes les actions qu'elle commande.


lettre suivante : de la retraite et de ses avantages



Commentez :

Votre commentaire ou réflexion




sur le forum : Une citation apocryphe de Sénèque sur facebook ?
Lecture

Présentation des Lettres à Lucilius en vidéo :
La chaîne qui vous cause de Sénèque et autres curiosités :