A Lire... Avant de quitter seneque.info

qu est-ce que le bien





Sénèque
page 1
 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Forum 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Biographie 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Lettres à Lucilius  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Théâtre 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Autres Oeuvres  
le regard de seneque selon tableau Rubens
citations essentielles 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Les livres 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Héritiers de Seneque  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Plan du site 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Contact 


[20,0] LIVRE XX.

[20,118] CXVIII. QU'EST-CE QUE LE BIEN?

Vous voudriez de moi des lettres plus fréquentes? Comptons
ensemble : vous n'aurez pas de quoi payer. Il était convenu
que vous commenceriez : vous deviez m'écrire, et moi vous
répondre; mais je ne serai pas exigeant. Je sais qu'on peut vous
faire crédit : je vous livrerai donc les avances. Je ne ferai pas
comme Cicéron, l'homme le plus disert, qui engageait Atticus
à lui écrire, à défaut même de tout sujet, ce qui lui viendrait à l'esprit.
Les sujets ne me manqueront jamais, dussé-je omettre tous ces détails
qui remplissent les Lettres de Cicéron : quel candidat a le moins de
chances; quel autre s'appuie d'auxiliaires ou de ses seules forces; qui,
pour le compte de son propre crédit ou pour celui de ses partisans, se
repose sur César, qui sur Pompée, qui sur ses intrigues personnelles;
quel âpre usurier c'est que Cécilius, dont ses proches mêmes
ne peuvent tirer un écu à moins de cent pour cent
.

Eh ! parlons de nos misères plutôt que de celles d'autrui;
sondons notre coeur, voyons de combien de choses il se
fait candidat, et refusons-lui notre voix. La vraie grandeur, ô
Lucilius, la sécurité, l'indépendance consistent à ne rien solliciter
et à s'éloigner de tous comices où préside la fortune.

N'est-il pas bien doux, dites-moi, quand les tribus sont convoquées,
les candidats guindés au haut de leurs tribunes, que
l'un promet de l'argent; que l'autre en fait le dépôt authentique;
qu'un troisième couvre de baisers la main de l'homme
auquel, après son élection, il ne daignera pas présenter la
sienne; que tous attendent dans l'anxiété la voix qui proclame
les élus, n'est-il pas bien doux de rester à l'écart, impassible
témoin de ces marchés publics, sans acheter ni vendre quoi
que ce soit? Mais combien n'est-elle pas plus vive encore la
joie de celui qui voit d'un oeil calme, non plus cet étroit forum
où l'on fait des préteurs et des consuls, mais ces comices
de tous les pays où les uns postulent des honneurs annuels;
d'autres de perpétuels pouvoirs; ceux-ci, des guerres heureuses
et des triomphes; ceux-là des richesses; tels, une postérité,
d'autres enfin la santé pour soi et les siens! Généreuse est l'âme
qui seule ne fait nulle demande, ne courtise personne, et qui
peut dire : Je n'ai rien, ô Fortune! de commun avec toi; je
ne me mets pas à ta merci. Je sais que tes exclusions sont
pour les Catons, tes choix pour les Vatinius : je ne te demande
rien
. Voilà détrônerl'aveugle déesse.

C'est ainsi que j'aime à correspondre avec vous, et à exploiter
une matière toujours neuve, quand de toutes parts nous
voyons s'agiter ces milliers d'ambitieux qui, pour emporter
quelque désastreux avantage, courent à travers tant de maux
à un nouveau mal, convoitent tout à l'heure ce qu'ils vont fuir,
ou du moins dédaigner. Car quel homme eut jamais assez du
succès dont le désir seul lui avait semblé téméraire? Non que
la prospérité soit, comme on se l'imagine, avide de jouissances :
c'est qu'elle en est pauvre; aussi ne rassasie-t-elle personne.

Vous croyez tel homme fort élevé, parce que vous
rampez bien loin de lui; mais à ses yeux, ce point où il est
parvenu n'est qu'un poste inférieur. Ou je me trompe, ou il
cherche à monter encore; et ce que vous prenez pour le faîte
des honneurs en est le marchepied. Tous les hommes se perdent
par l'ignorance du vrai; trompés par de vains bruits, on
y vole comme vers des biens; les a-t-on obtenus après bien des
traverses, on trouve que ce sont des maux, ou du moins des
bagatelles qu'on s'était beaucoup exagérées. Presque toujours
le lointain nous abuse, et nous admirons : et pour le vulgaire,
ce qui est grand est bon.

Pour ne point donner dans la même méprise, recherchons
quel est le vrai bien. On l'a compris diversement : les uns
l'ont défini ou exprimé d'une manière, les autres d'une autre.
Quelques-uns disent : Le bien, c'est ce qui invite l'esprit et
l'appelle à soi
. D'autres aussitôt de répondre : Eh quoi !
même s'il invite l'homme à sa perte? Vous le savez, il y a bien
des maux qui séduisent. Le vrai et le vraisemblable diffèrent
entre eux. Ainsi le bien se joint au vrai; car il n'est de bien
que le vrai; mais ce qui invite, ce qui allèche, n'est que vraisemblable :
il dérobe, il sollicite, il entraîne. - Voici une autre définition :
Le bien est une chose qui excite l'appétit d'elle-même, ou le mouvement
et la tendance de l'âme vers elle
. A quoi on réplique également que ce
mouvement de l'âme est excité par beaucoup de choses dont la poursuite
perd le poursuivant. - Une meilleure définition est celle-ci : Le
bien est ce qui attire vers soi le mouvement de l'âme conformément
à la nature : celui-là seul est digne d'être recherché
.
Dès qu'il mérite nos recherches, il est honnête; car c'est celui
qu'une âme parfaite doit rechercher. Ceci m'avertit d'expliquer
en quoi diffèrent le bien et l'honnête. Ils ont quelque chose
entre eux de mixte et d'indivisible; et il ne peut exister de
bien qui ne renferme de l'honnête, comme à son tour l'honnête
est toujours bien. En quoi donc diffèrent-ils? L'honnête
est le bien parfait, le complément de la vie heureuse, qui
change en bien tout ce qu'il touche. Expliquons ma pensée :
il y a des choses qui ne sont ni biens ni maux, comme le métier
des armes, les ambassades, les magistratures. Ces fonctions
honnêtement remplies, arrivent à être des biens, et de douteuses
deviennent bonnes. Le bien a lieu par l'alliance de l'honnête :
l'honnête est bien de sa nature. Le bien découle de l'honnête;
l'honnête existe par lui-même. Ce qui est bien a pu être
mal; ce qui est honnête n'a pu être que bien.

On a encore défini le bien, ce qui est conforme à la nature.
Or, ici prêtez-moi votre attention. Ce qui est bien est
selon la nature ; il ne s'ensuit pas que ce qui est selon la nature
soit bien aussi. Beaucoup de choses, conformes à cette nature,
sont de si mince importance, que le nom de bien ne leur
convient pas. Elles sont trop futiles, trop dignes de dédain : or,
jamais bien, même le moindre, n'est à dédaigner. Car tant qu'il
est petit, ce n'est pas un bien ; dès qu'il commence à être
un bien, il n'est plus petit. A quoi le bien se reconnaît-il? - S'il
est parfaitement selon la nature. - Vous avouez, dira-t-on,
que ce qui est bien est selon la nature; voilà son caractère; et
vous avouez aussi qu'il est des choses conformes à la nature,
qui ne sont pas des biens. Comment donc l'un est-il bien, les
autres ne l'étant pas? comment prend-il un caractère différent,
les autres ayant comme lui le privilége d'être conforme à la
nature? - C'est par sa grandeur même. Il n'est pas nouveau
de voir certaines choses changer en s'accroissant. C'était un
enfant, c'est maintenant un homme; son caractère devient
autre; car l'enfant n'avait pas de raison, l'homme est raisonnable.
Il est des choses qui par l'accroissement deviennent non
seulement plus grandes, mais tout autres. On répond : Ce qui
grandit ne devient pas autre ; que vous remplissiez de vin une
bouteille ou un tonneau, il n'importe : dans les deux vases le
vin conserve sa propriété vineuse; une petite quantité de miel
ou une grande ne diffèrent pas de saveur. - Il n'y a point d'analogie
dans les exemples qu'on m'oppose : dans le vin et dans
le miel la qualité est et reste la même, quoique la quantité
augmente. Certaines choses, s'augmentant, ne perdent ni leur
genre ni leur propriété; certaines autres, après beaucoup d'accroissements,
finissent en dernier lieu par changer de nature, par subir une condition d'existence
nouvelle et autre que la première.

Une seule pierre a fait la voûte : c'est celle qui sert de clef;
celle-ci presse comme un coin les deux flancs inclinés
et sert à les lier. Pourquoi cette dernière addition produit-elle
tant d'effet, malgré son peu de volume? Ce n'est pas qu'elle
augmente, c'est qu'elle complète. Certaines choses ne font de
progrès qu'en dépouillant leur première forme pour en recevoir
une nouvelle. Quand on a longtemps par la pensée reculé
les bornes d'un objet qu'on s'est fatigué à en suivre la grandeur,
on dit qu'il est infini : il est bien autre qu'il n'était lorsqu'il
paraissait grand, mais fini. C'est ainsi que, si nous songeons
à une chose difficile à diviser, la difficulté croissante nous
amène enfin au non divisible. Ainsi encore, d'un corps lourd,
et qu'on meut avec peine, nous arrivons à l'immobile. De même
une chose d'abord conforme à la nature a pu, par un accroissement
de grandeur, prendre une autre propriété, et devenir un bien.


lettre suivante : on est riche quand on commande a ses desirs



Commentez :

ma connaissance de Sénèque est finalement très limitée partagez vos réponses et questions

Des citations essentielles



Présentation des Lettres à Lucilius en vidéo :
La chaîne qui vous cause de Sénèque et autres curiosités :