Youtube Livres
Sénèque : approche rapide
Lettre 1 à Lucilius, version exclusive Ternoise 2017
A Lire... Avant de quitter seneque.info

fortifier son ame contre les accidents fortuits et inevitables





Sénèque
page 1
 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Forum 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Biographie 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Lettres à Lucilius  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Théâtre 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Autres Oeuvres  
le regard de seneque selon tableau Rubens
citations essentielles 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Les livres 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Héritiers de Seneque  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Plan du site 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Contact 



[17,107] CVII. QU'IL FAUT FORTIFIER SON AME CONTRE LES
ACCIDENTS FORTUITS ET INEVITABLES.

Où est cette prudence qui vous distinguait, cette sagacité qui
appréciait si bien les événements ; où est votre grandeur de
courage ? Une bagatelle vous désole ? Vos esclaves ont profité
de vos nombreuses occupations pour s'échapper. Prenez que
c'étaient de faux amis (et en vérité laissons-leur ce nom d'amis
que leur donne Epicure) ; consentez à voir vos foyers purgés
de leur présence ; passez-vous de gens qui absorbaient tous
vos soins et vous rendaient souvent de mauvaise humeur.

Rien en cela d'étrange, rien d'inattendu. S'en émouvoir est
aussi ridicule que de se plaindre d'être mouillé ou crotté en
pleine rue. On doit compter dans la vie, sur les mêmes accidents
qu'aux bains publics, dans une foule, sur une grande
route : il y en aura de prémédités, il y en aura de fortuits. Ce
n'est pas une affaire de plaisir que la vie. Engagé dans une
longue carrière, il faut que l'homme trébuche, chancelle,
tombe, qu'il s'épuise enfin, et. s'écrie : « O mort ! » c'est-à-dire
qu'il mente. Ici vous laisserez en chemin l'un de vos compagnons,
là vous enterrerez l'autre, un troisième menacera
vos jours. Voilà au milieu de quels encombres il faut parcourir
cette route hérissée d'écueils. - Un ami vouloir ma
mort! - Préparez votre âme à tout cela. Vous êtes venu, sachez-le
bien, là où éclate la foudre ; vous êtes venu sur des bords
« Où les Chagrins et les Remords vengeurs ont fixé leur demeure,
où habitent les pâles Maladies et la triste Vieillesse.
»

Voilà la société dans laquelle il faut passer, sa vie. Eviter tant
d'ennemis est impossible; mais on peut les braver, et on les
brave, quand on y a songé souvent et tout prévu d'avance. On
affronte plus hardiment le péril contre lequel on s'est longtemps
préparé ; les plus dures atteintes, dès qu'on s'y attend,
s'amortissent, comme les plus légères effrayent, si elles sont
imprévues. Tâchons que rien ne soit inopiné pour nous ; et
comme tout mal dans sa nouveauté pèse davantage, nous
devrons à une méditation continuelle de n'être neufs pour aucun.

Mes esclaves m'ont abandonné! - D'autres ont pillé leur maître,
l'ont calomnié, massacré, trahi, foulé aux pieds, empoisonné,
attaqué devant la justice, poursuivi criminellement. Tout ce que
vous diriez de plus affreux est arrivé mille fois. Mais en outre,
quelle multitude et quelle variété de traits nous menacent! Les
uns déjà nous ont percés; on brandit les autres: en ce moment
même ils arrivent; beaucoup qui vont frapper autrui nous effleurent.
Ne soyons surpris d'aucune des épreuves pour lesquelles
nous sommes nés : nul n'a droit de s'en plaindre, elles sont
communes à tous. Je dis à tous, car celui même qui y échappe
pouvait les subir ; or, la loi juste est celle non point qui a son
effet sur tous, mais qui est faite pour tous. Imposons à notre
âme la résignation, et payons de bonne grâce les tributs de
notre mortalité. L'hiver amène les frimas, endurons son
âpreté ; l'été revient avec ses chaleurs, supportons-en le poids ;
une température malsaine dérange notre santé, sachons être
malades. Nous essuierons l'attaque d'une bête sauvage, ou de
l'homme plus féroce que les bêtes sauvages ; l'onde ravira
telle portion de nos biens ; la flamme, telle autre. C'est la
constitution même des choses : la changer n'est point donné à
l'homme; mais il lui est donné de s'élever à cette hauteur
d'âme, si digne de la vertu, qui souffre avec courage les coups
du hasard, et qui veut ce que veut la nature. Or, la nature,
vous le voyez, gouverne ce monde par le changement. Aux
nuages succède la sérénité ; les mers se soulèvent après le
calme ; les vents soufflent alternativement; le jour remplace
la nuit; une partie du ciel s'élève sur nos têtes, quand l'autre
plonge sous nos pieds : c'est par les contraires que tout subsiste
et se perpétue. C'est sur cette loi qu'il faut nous régler : suivons-la,
obéissons-lui : quoi qu'il arrive, pensons que cela
devait arriver, et renonçons à quereller la nature.

Le mieux est de souffrir, quand le remède est impossible,
et d'entrer sans murmure dans les intentions du divin auteur
de tout événement. Celui-là est mauvais soldat, qui suit son
général à contre-coeur. Recevons donc avec dévouement et avec
joie les ordres qu'il nous intime ; ne troublons point, lâches
déserteurs, la marche de cette belle création où tout ce que
nous souffrons est partie nécessaire. Disons à Jupiter qui tient
le gouvernail et qui dirige le grand tout, ce que lui dit le stoïcien
Cléanthe en vers éloquents que l'exemple de l'éloquent
Cicéron me permet de traduire. S'ils vous plaisent, vous m'en
saurez gré; sinon, songez à Cicéron, dont je n'ai fait que suivre l'exemple.

Guide-moi, mon père, ô toi qui régis le ciel élevé; j'obéis sans délai : je suis
prêt. Si tes ordres contrarient mes désirs, je te suivrai en gémissant; méchant,
je dois au moins souffrir ce que l'homme de bien a pu souffrir. Les destins
conduisent celui qui se soumet à leurs arrêts; ils entraînent celui qui résiste
.

Que tels soient et notre vie et notre langage ! que le destin
nous trouve prêts et déterminés! Une âme grande s'abandonne
à Dieu: au contraire, les esprits faibles et pusillanimes veulent
lutter, ils calomnient l'ordre de l'univers, et prétendent réformer
la Providence plutôt qu'eux-mêmes.


lettre suivante : comment il faut ecouter les philosophes



Commentez :

ma connaissance de Sénèque est finalement très limitée partagez vos réponses et questions

Des citations essentielles



Présentation des Lettres à Lucilius en vidéo :
La chaîne qui vous cause de Sénèque et autres curiosités :