Youtube Livres
Sénèque : approche rapide
Lettre 1 à Lucilius, version exclusive Ternoise 2017
A Lire... Avant de quitter seneque.info

sur la mort de senecion





Sénèque
page 1
 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Forum 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Biographie 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Lettres à Lucilius  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Théâtre 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Autres Oeuvres  
le regard de seneque selon tableau Rubens
citations essentielles 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Les livres 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Héritiers de Seneque  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Plan du site 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Contact 



[17,0] Livre XVII-XVIII.
[17,101] CI. SUR LA MORT DE SENECION.

Chaque jour, chaque heure révèle à l'homme tout son
néant : toujours quelque récente leçon lui rappelle sa fragilité
qu'il oublie, et de l'éternité qu'il rêve rabat ses pensées vers la
mort. - Où tend ce début ? demandez-vous. Vous connaissiez
Cornélius Sénécion, ce chevalier si honorable et si obligeant
d'abord obscur, il devait à lui seul son élévation, et pour arriver
à tout il n'avait plus qu'un pas à faire ; car la grandeur croît
plus facilement qu'elle ne commence. Il en est de même des
richesses : il est ordinairement long et difficile à gagner l'argent
qui nous tire de la pauvreté. Sénécion touchait à l'opulence;
et deux moyens des plus efficaces, dont un seul même
aurait suffi, l'y conduisaient naturellement : l'art d'acquérir
et celui de conserver. Cet homme d'une sobriété extrême, non
moins soigneux de sa santé que de son patrimoine, m'était
venu voir le matin selon sa coutume ; il avait passé le reste du
jour et une partie de la nuit au chevet d'un ami malade d'une
affection grave et désespérée; à son retour, il avait soupé
gaiement; eh bien ! la nuit il est saisi d'une indisposition subite,
d'une suffocation qui lui serre le gosier, lui comprime la respiration
et le laisse à peine vivre jusqu'au jour. Le voilà donc
éteint en quelques heures, lui qui venait de remplir toutes les
fonctions d'un homme sain et plein de vie; lui dont les capitaux
travaillaient sur terre et sur mer, qui, pour essayer de tous
les genres de profit, était même entré dans les fermes publiques :
alors que tout succède à ses voeux, où l'or à grands flots
courait s'engloutir dans ses coffres ; le voilà qui nous est enlevé.

« Maintenant, Mélibée, greffe tes poiriers et aligne tes vignes. »

Quelle folie à nous de jeter les plans d'une longue vie, nous
qui ne sommes pas maîtres de demain! Quelle démence de
fonder dans l'avenir des espérances sans bornes! - J'achèterai
ceci, je construirai cela, je ferai tel prêt, telle rentrée, je
remplirai telles dignités, et alors enfin, las de travailler et plein
de jours, je passerai dans le repos ma vieillesse. - Ah ! croyez-moi,
tout n'est qu'incertitudes, même pour les heureux : nul
n'est en droit de se rien promettre de l'avenir. Que dis-je? ce
que nous tenons fuit de nos mains, et jusqu'à l'heure présente,
dont je me crois sûr, le sort l'anéantit pour moi. Le temps se
déroule suivant des lois fixes, mais impénétrables; or, que
m'importe que ce qui est mystère pour moi ne le soit pas pour
la nature? On se propose des traversées lointaines, et après
maintes courses aux plages étrangères, un tardif retour dans
sa patrie; on se promet à l'armée les lentes récompenses accordées
aux services, puis des gouvernements, puis des emplois
qui mènent à d'autres emplois, et déjà la mort est à nos
côtés, la mort, à laquelle on ne pense que quand elle frappe autrui;
mais elle a beau multiplier à nos yeux ses instructives rigueurs,
leur effet ne dure pas plus que la première surprise. Et
quelle inconséquence ! on s'étonne de voir arriver un jour ce
qui chaque jour peut arriver. Le terme de notre carrière est où
l'ont fixé les destins et l'inexorable nécessité; mais nul de nous
ne sait de combien il en est proche.

Aussi faut-il disposer notre âme comme si nous y touchions
déjà : ne remettons rien, et réglons journellement nos comptes
avec la vie. Le grand mal de la vie, c'est qu'elle est toujours
inachevée, c'est que toujours on en rejette une partie dans l'avenir.
Celui qui chaque jour a mis à la vie la dernière main,
n'est point à court de temps, situation d'où naît l'anxiété et
cette soif d'avenir qui ronge l'âme. Rien de plus misérable, que
d'être en doute, quand on entre en ce monde, comment on en
sortira. Combien me reste-t-il de vie, et quelle sorte de vie?
voilà ce qui agite de terreurs sans fin l'âme qui ne se recueillit
jamais. Quels moyens avons-nous d'échapper à ces tourmentes?
un seul : ne pas étendre notre existence, mais la ramener
sur elle-même. Si l'avenir tient en suspens tout mon
être, c'est que je ne sais rien faire du présent ; si au contraire
j'ai satisfait à tout ce que je me devais ; si mon âme; ferme désormais,
sait qu'entre une journée et un siècle la différence
est nulle, elle regarde d'en haut tout ce qui doit survenir encore
de jours et d'événements, et la vicissitude des temps n'est
plus pour elle qu'un long sujet de rire. Comment en effet ces
chances variables et mobiles la bouleverseraient-elles, si elle
demeure stable en face de l'instabilité ?

Hâtez-vous donc de vivre, cher Lucilius, et comptez chaque
jour pour une vie entière. Celui qui s'est ainsi préparé; celui
dont la vie s'est trouvée tous les jours complète, possède la sécurité.
Vivre d'espérance, c'est voir le temps, à mesure qu'il
arrive, échapper à notre croissante avidité, et nous laisser
cet amer sentiment qui empoisonne tous les autres, la peur
de la mort. De là l'ignoble souhait de Mécène qui ne refuse ni
les mutilations, ni les difformités, ni enfin le supplice de la
croix aiguë, pourvu qu'au milieu de tant de maux la vie lui
soit conservée.

« Rendez mes mains débiles, mes pieds faibles et boiteux;
élevez sur mon dos une énorme bosse; rendez toutes mes dents
branlantes : si la vie me reste, tout ira bien. Quand même je serais
attaché sur la croix du supplice, conservez-moi la vie.
»

Ce qui, si la chose advenait, serait le comble des misères, voilà
son voeu : ce qu'il demande comme la vie, c'est une prolongation
de supplice. Je le jugerais déjà bien méprisable, s'il souhaitait
de vivre jusqu'à la mise en croix; mais que dit-il? -
Quand tu mutilerais tous mes membres, pourvu qu'en un corps
brisé et impotent il me reste le souffle; quand tu ferais de
moi un monstre défiguré, de tout point contrefait, accorde-moi
quelque temps encore; accorde-m'en, quand tu me clouerais
à une croix et m'assoirais sur un fer acéré. - Est-ce
donc la peine de comprimer sa plaie, de pendre à une croix
les bras étendus, pour reculer ce que désire le plus l'être qui
souffre, le terme du supplice? Est-ce la peine de jouir du
souffle, pour expirer à tout instant ? Que souhaiter à ce malheureux,
sinon des dieux qui l'exaucent ? Que veut dire cette
lâcheté, cette turpitude de poète, ce pacte insensé de la peur?

A un tel homme Virgile n'a donc jamais fait entendre ce vers :
Est-ce un malheur si grand que de cesser de vivre?
Il invoque le dernier des maux, la plus cruelle des souffrances;
être mis en croix et y rester attaché, il le désire, et à quelle
condition ? à la condition de vivre un peu plus. Mais qu'est-ce
qu'une telle vie ? Rién qu'une longue mort. Se peut-il trouver
un homme qui aime mieux sécher dans les tourments, et périr
par lambeaux, et répandre sa vie goutte à goutte, que de
l'exhaler d'un seul coup ; un homme qui, cloué sur ce bois
fatal, tout défaillant, tout défiguré, les épaules et la poitrine
comprimées par une infirmité hideuse, ayant déjà, même avant
la croix, mille motifs de mourir, aspire à traîner une existence
qui entraînera tant de maux ! Niez maintenant que la nécessité
de mourir soit un grand bienfait de la nature! Que de
gens néanmoins prêts à faire des pactes encore plus infâmes
à trahir un ami, à livrer de leur main leurs enfants à 1a prostitution,
pour obtenir de voir plus longtemps cette lumière
du jour, témoin de tous leurs crimes ! Guérissons-nous de la
soif de vivre, et sachons qu'il n'importe à quel moment on
souffre ce qu'il faut souffrir tôt ou tard ; que l'essentiel est, une
bonne et non une longue vie, et que parfois bien vivre consiste
à ne pas vivre longtemps; vivre longtemps est souvent
un obstacle à bien vivre.


lettre suivante : illustration aprÈs la mort est un bien



Commentez :

ma connaissance de Sénèque est finalement très limitée partagez vos réponses et questions

Des citations essentielles



Présentation des Lettres à Lucilius en vidéo :
La chaîne qui vous cause de Sénèque et autres curiosités :